REACTIVHOME

Gestion intelligente de l’énergie dans le bâtiment

 

Partenaires
- INES/CEA
- SCHNEIDER ELECTRIC
- ORANGE Labs
- LIG/MultiCom
- G-SCOP
- G2Elab

Contexte du projet
L’objectif est d’optimiser la consommation et la production d’énergie au niveau de la maison suivant différents critères comme : le coût pour l’utilisateur, la diminution de l’impact négatif sur l’environnement, le lissage des pointes de consommation d’énergie tout en respectant le confort de l’usager. Cette optimisation va être faite en pilotant les équipements de la maison : sources et charges électriques et thermiques ainsi que les générateurs locaux disponibles (PV, stockage électrique etc…). Pour son fonctionnement, le système s’appuiera sur des prévisions météorologiques pour anticiper les ressources thermiques et photovoltaïques, il apprendra également graduellement le comportement de l’utilisateur pour s’adapter au mieux à ses besoins. Enfin pour être bien accepté par les usagers, il se devra d’être simple à installer et à utiliser. Il devra donc être plug&play et doté d’interfaces homme/machine conviviales.

Objectifs scientifiques et techniques
L’objectif principal du projet est la création d’un système intelligent permettant d’optimiser la production, le stockage et l’utilisation de l’énergie dans les logements, en prenant en compte pour cela l’ensemble des équipements du logement, son état et celui de ses occupants, ainsi que les énergies locales disponibles. Le système qui met en œuvre cette optimisation devra fonctionner sur la base du réseau local domestique* qui intégrera indirectement l’ensemble de ces équipements, en permettant d’interfacer les équipements anciens existants qui seront observés et commandés par l’intermédiaire d’un dispositif électrique spécifique inséré sur leur alimentation la prise gigogne* ReActivHome qui sera développée dans le cadre du projet.

Contribution de MultiCom
INTERFACES UTILISATEUR, ERGONOMIE ET ACCEPTABILITE
- Usage et prototypage rapide - Développement de prototypes pour validation
L’objectif de cette tâche est de définir, de spécifier et de faire des recommandations sur les interfaces homme-machine du projet tant sur le contenu des informations que sur les dispositifs d’interface eux-mêmes – à supposer qu’on ait besoin de plusieurs types d’interfaces dans le bâtiment. Ces interfaces auront pour seule contrainte d’être adaptées à l’usage des personnes dans le bâtiment. On envisagera différents types d’interfaces (classiques, tangibles ou multimodales), distribuées ou centralisées, mobiles, semi-mobiles (une partie pouvant être amovible) ou non. On fera des recommandations en fonction des tâches à réaliser, des profils de personnes concernées et des contextes d’usage. Pour cela des focus group (groupe spécifique culturel, sociétal ou idéologique seront organisé afin de déterminer la réponse de ce groupe et l’attitude qu’il adopte au regard d’un produit) et des expérimentations en Magicien d’Oz (cette technique permet de simuler un fonctionnement qui n’a pas encore été implémenté).
Du côté des contenus, différents scénarios seront également testés avec des sujets pour s’assurer que l’utilisation des interfaces se fait correctement du moins quant à l’interprétation des données. Par exemple il s’agira d’éviter l’effet dit de «rebond» du au biais produit par une information trop pessimiste ou trop optimiste sur la consommation d’énergie qui peut entraîner une méfiance ou une confiance exagérée dans le comportement du consommateur. Pour cela des mesures de type oculométrie avec description orale des messages affichés à l’écran, seront effectuées pour vérifier que l’utilisateur ne surestime ni ne sous-estime les données qu’il lit.